Quand Jean-Clément Martin ré-exécute le roi

Les habitués de ce site savent bien que parmi les auteurs qu’il faut dévorer, au sujet de la Révolution française, Jean-Clément Martin arrive en tête de mon classement personnel. Ses travaux, réfléchissant notamment à la place de la violence dans le processus révolutionnaire et dans la mémoire de celui-ci, sont toujours extrêmement nuancés et innovants,... Lire la Suite →

Assassin’s Creed Unity est-il un immonde jeu réac ?

Ah ! Que certains ont ri de Mélenchon lorsqu’il est parti en croisade contre Assassin’s Creed Unity ! Il faut dire qu’il n’y allait pas de main morte, de même que son collègue Alexis Corbière. Tous deux voyaient dans le jeu une violente charge contre-révolutionnaire reprenant des clichés éculés et s’indignaient du traitement infligé à la période.... Lire la Suite →

Le suicide de la République (1799-1802)

Comment meurt une république ? Comme on l’a vu, en 1799, le Directoire était en bien mauvaise posture. Au gré des élections, il a montré son incapacité à respecter ses propres institutions. Économiquement, le gouvernement a fait pour ainsi dire le « sale boulot », et si les choses tendaient à s’arranger sur le long terme, la situation... Lire la Suite →

Les débuts du Directoire (mai 1795-septembre 1797)

Conséquence logique de ce courant qui voit dans la chute de Robespierre la fin de la Révolution, la période qui s’engage à partir de 1795 est beaucoup moins connue, tant dans les ouvrages grand public que dans l’historiographie universitaire. Il faut remonter à la fin des années 1980 pour trouver le plus récent ouvrage de... Lire la Suite →

Foutons la paix à Robespierre !

Qu’on le veuille ou non, et pour à peu près tous les camps, Robespierre est devenu la figure qui avale, englobe toute la Révolution. Car finalement, le Robespierre seul défenseur des pauvres vu par Henri Guillemin et l’ogre sanguinaire, « psychopathe légaliste », étrillé par Historia il y a quelques années ont un point commun : ils attirent... Lire la Suite →

La Terreur ? (Juillet 1793-juin 1794)

De l’été 1793 à la chute de Robespierre en juillet 1794, l’historiographie parle bien souvent de la Terreur (la majuscule est ici importante). Or, de plus en plus, l’idée d’un système de terreur, organisé, centralisé, est remise en question – et donc, la Terreur elle-même – sans pour autant que les actes terroristes eux-mêmes soient... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑