Nos ancêtres les… Troyens

Le cliché par excellence en termes de roman national est sans nul doute « nos ancêtres les Gaulois », rabâché dans les écoles et les discours politiques, et niant totalement les origines multiples de la France. On pourrait croire ce cliché intemporel mais il est en réalité assez récent, à l’échelle de l’histoire. Pendant longtemps, ces ancêtres-là ont en effet été oubliés dans les récits historiques, au profit d’autres, bien plus nobles. En effet, pendant près d’un millénaire, la monarchie franque puis française s’est vue comme descendante des Troyens… et elle ne fut pas la seule.

Un mythe vieux comme le monde… occidental

La Guerre de Troie est sans conteste l’un des mythes les plus célèbres et anciens de l’humanité : classique antique, il est encore porté à l’écran de nos jours (ce qui nous vaut des films avec Brad Pitt trucidant joyeusement ses ennemis). Ce conflit aurait opposé, vers le XIIe siècle avant notre ère, la ville de Troie, en Asie mineure, aux cités grecques unies autour de rois tels qu’Agamemnon, Ménélas, Ulysse… Très vite, la légende a pris de l’ampleur avec notamment comme vecteur les récits d’Homère, l’Iliade et l’Odyssée, qui sont devenus des classiques dans le monde gréco-romain, appris par tous les enfants de l’élite.

La Guerre de Troie nous a laissé de nombreuses images mythiques, dont le célèbre cheval de bois, ici peint par Giandomenico Tiepolo au XVIIIe siècle.

Or, vers le Ve siècle est né un mythe disant que les habitants de la cité de Rome descendaient des Troyens par le biais du prince Énée, qui aurait fui la ville incendiée et, après un long périple, se serait installé en Italie. Ses descendants Romulus et Remus auraient ensuite fondé la ville. La légende, là aussi, a beaucoup pris et les Romains ont fini par en faire un mythe fondateur incontournable, qui a notamment été mis en vers dans le poème épique de Virgile, l’Énéide, composé à la demande de l’empereur Auguste.

Ainsi, ce mythe des origines troyennes prestigieuses du pouvoir romain (d’autant plus prestigieuses qu’Énée était le fils de la déesse de l’amour !) était connu de tous dans l’élite du monde romain, donc de l’Asie mineure à la Gaule et de l’Afrique au Danube… Il ne pouvait qu’en inspirer d’autres, notamment chez les peuples « barbares » qui s’installèrent en Gaule à la fin de l’Empire.

 

Des Francs à la recherche d’origines

Si tout écolier français a vu un jour une de ces fameuses cartes représentant les grandes invasions par des flèches traversant l’Empire dans toutes les directions, les historiens de la période sont beaucoup plus dubitatifs sur leurs points de départ. En effet, si nous connaissons assez bien le parcours des peuples barbares au sein de l’Empire, leur origine n’est pas bien claire. Et eux-mêmes avaient besoin de créer des origines respectables. Car, loin de démolir l’héritage romain, les Francs, Wisigoths, Burgondes etc. essayaient surtout de le récupérer dans les royaumes qu’ils fondaient. C’est ce qui donne son importance à un événement comme le baptême de Clovis : en devenant le premier roi barbare baptisé selon les rites du christianisme romain (et non sa variante arienne pratiquée par les autres peuples), Clovis se plaçait ainsi, de fait, dans la lignée des anciens empereurs pour protéger la religion.

Mais un autre moyen de se placer dans cette lignée était de se trouver des ancêtres nobles. Or, l’origine de la dynastie mérovingienne est peu connue. Nous connaissons bien Childéric Ier, le père de Clovis, notamment par la découverte de son imposant tombeau. La tradition lui donne un père, Mérovée, qui aurait donné son nom à la dynastie, mais son existence prête à débat. Enfin, les sources romaines mentionnent rapidement un Clodion le Chevelu avec lequel l’Empire aurait négocié, mais elles ne fournissent pas de quoi établir un récit solide. Bref, ces Francs, qui se retrouvaient à la tête d’un royaume régulièrement divisé au gré des héritages, devaient créer une légitimité, une origine qui justifie leur domination, notamment quand elle se faisait au détriment des royaumes voisins.

Parmi les pièces du trésor de Childéric Ier figurent notamment ces abeilles d’or aux ailes incrustées de grenat (Bibliothèque Nationale de France, photographie de Romain0 pour Wikimedia Commons)

Vers 660, la chronique de Frédégaire mentionne pour la première fois l’idée d’un prince troyen, Francion (ou Francus) qui aurait fui Troie comme Énée, et se serait installé entre le Danube et le Rhin pour y fonder une cité, Sicambre. Ce peuple y aurait vécu plus d’un millénaire, et, au IVe siècle, l’empereur Valentinien aurait sollicité son aide pour lutter contre les raids des Alains. En récompense, Sicambre aurait été dispensée de tribut pendant dix ans (de là, le peuple tirerait son nom de « Francs »). Dix ans plus tard, refusant de payer le tribut, les habitants de la ville auraient repris leur migration, pour finalement aboutir en Gaule. Un indice de cette origine troyenne serait d’ailleurs le nouveau nom de la ville de Lutèce, « Paris », qui viendrait du prince troyen du même nom. Le nom est en réalité plus ancien et découle de la tribu des Parisii qui vivait à cet endroit, mais c’est un bon exemple de la manière dont la légende utilisait déjà des éléments réels pour s’étoffer. Enfin, la légende créait un « premier roi des Francs » totalement fictif, Pharamond, resté sur les listes officielles jusque dans les temps qui ont suivi la Révolution.

Au siècle suivant, d’autres versions apparurent, attribuant la fondation de Sicambre non plus à Francion, mais à Anténor. Celui-ci avait un avantage : alors que Francion était une invention, Anténor apparaissait déjà dans les légendes antiques, ce qui rajoutait une certaine authenticité à l’ensemble. Les Francs n’étaient pas les seuls à le revendiquer, d’ailleurs : le peuple italien des Vénètes se l’était déjà approprié comme ancêtre, ce qui en fit sur le long terme le fondateur de Venise. Dans toutes ses versions, en tout cas, le point commun était la construction de ces origines prestigieuses qui permettait de légitimer la domination successive sur la France de ce que l’on appelait alors les trois « races » : Mérovingiens, Carolingiens puis Capétiens. L’idée était en effet aussi de légitimer les changements de dynastie en créant un ancêtre commun. Au Moyen Âge, l’histoire était en effet avant tout la création d’une généalogie auréolée de gloire.

Dans ce manuscrit du XVe siècle conservé à la BNF, on retrouve les fondations de quatre grandes villes : Venise (par Anténor), Sicambre (par Francion), Carthage et Rome. Les Francs sont ainsi placés au même rang que les fondateurs antiques.

Au XIIe siècle, enfin, le chroniqueur Rigord eut une idée qui permit d’accroître encore l’ampleur du récit : certains Troyens partis fonder Sicambre avec Francion seraient en effet repartis peu après pour aller en Gaule, et y fonder Lutèce. Ainsi, les Troyens auraient aussi donné naissance aux Gaulois, et pas seulement aux Francs. Et ces derniers ne sont de fait plus des envahisseurs : ils sont simplement venus rejoindre la famille ! Cette version est celle que l’on retrouve notamment dans les Grandes Chroniques de France, et, en cette fin de Moyen Âge, le « Roman de Troie » était très connu et est un incontournable des bibliothèques dont nous avons les inventaires.

 

Les ancêtres gaulois des troyens

Puis les choses se sont à nouveau compliquées avec l’enracinement du souvenir des ancêtres gaulois. Comme l’explique l’historienne Colette Beaune, qui a beaucoup étudié la mentalité en France au XVe siècle, « En 1480, un Français a, à coup sûr, des ancêtres gaulois qu’il ne possédait pas en 1400. » La Renaissance est passée par là, et avec elle, la redécouverte des sources romaines, et donc des descriptions des Gaulois. Comment intégrer au mieux ce peuple au mythe troyen ? L’idée que les Gaulois eux-mêmes soient venus de Sicambre et de Troie n’était pas totalement satisfaisante, il fallait encore améliorer les choses.

Vers 1500, le chroniqueur Jean Lemaire des Belges écrit ainsi son Illustration de Gaule et Singularité de Troie. Il invente aux Gaulois une culture, une pratique rigoureuse de leur religion, des universités, pour faire d’eux un peuple « pur » dont les Français descendraient. Ce peuple, d’ailleurs, descend selon lui de Noé. Et Troie, dans tout ça ? Eh bien, ce sont des Gaulois qui auraient migré pour la fonder. La boucle est bouclée : les compagnons de Francion n’auraient fait que revenir au pays. Il est à noter d’ailleurs que cette légende de migration gauloise en actuelle Turquie n’est pas totalement fondée sur du vent : les Romains soulignaient en effet l’existence en Anatolie du peuple des Galates, qu’ils nommaient « Gallo-grecs ». Ce peuple celte est en effet venu s’installer au cœur de l’Anatolie et s’y est hellénisé, puis intégré à l’Empire romain, mais cette migration s’est produite un millénaire environ après la date supposée de la guerre de Troie. Raté, pour ce qui est de la fondation. Cette histoire des Galates a cependant le mérite de montrer que les peuples celtes étaient loin de se limiter à l’Europe occidentale et que dans l’Antiquité, on bougeait parfois très loin.

 

Un mythe utile

Le mythe des origines troyennes eut de nombreuses utilités. La première, on l’a compris, était de légitimer le pouvoir. Descendre des Troyens donnait une aura à la classe dirigeante qui, de surcroît, la rapprochait des Romains. La notion de nation n’existait pas encore en son sens moderne, et seule comptait alors l’origine des dirigeants. Avec la naissance progressive d’identités nationales, à la fin du Moyen Âge, l’introduction des Gaulois dans la légende fut parfaitement adaptée : elle permettait de créer un ancêtre commun à tout le monde, descendants des Gaulois comme des Francs. Cela permettait de recréer une unité dans un pays composé d’identités très multiples et parfois opposées. La République ne s’y trompa pas, usant et abusant du « nos ancêtres les Gaulois » dans ses écoles au moment où elle créait également une unité linguistique en sanctionnant l’usage des langues locales.

Francion et Pharamond restèrent longtemps de grandes icônes : on put ainsi continuer à les voir représentés en statue sur des arcs de triomphe pour de grandes entrées royales, par exemple pendant les guerres de Religion, lorsque le pouvoir de jeunes rois comme Charles IX et Henri III devait s’affirmer. Si les élites doutaient déjà de ces origines, le « Roman de Troie » restait un récit commun, dépassant les frontières. On pouvait ainsi retrouver en Hongrie des tapisseries racontant l’histoire de Troie et de Sicambre, dont elle était théoriquement descendante.

Initialement dirigée vers la Terre Sainte, la Quatrième croisade aboutit à la prise de Constantinople (représentée ici dans une miniature du XVe siècle)

Mais la légende troyenne permettait aussi des justifications politiques et diplomatiques. Ainsi, les croisés ont à plusieurs reprises attaqué les chrétiens d’Orient, notamment les orthodoxes de Constantinople, pillée pendant la IVe Croisade. Cet acte fratricide semblait indéfendable pour beaucoup dans la Chrétienté. Mais la légende fournissait une parade : avant d’être Chrétiens, les habitants de Constantinople étaient surtout des Grecs, descendants de ceux-là mêmes qui avaient mis Troie à sac ! Finalement, ce pillage n’était qu’une vengeance longtemps différée, et les Croisades elles-mêmes n’étaient qu’un retour aux sources. De la même manière, l’ajout des origines gauloises pouvait permettre à François Ier de justifier ses guerres d’Italie : il s’agissait de récupérer la fameuse Gaule cisalpine, province romaine du nord de l’Italie ; et puis ce n’était que la continuité des raids gaulois contre Rome !

Légitimant des entreprises étrangères, affirmant le pouvoir légitimé, créant une unité entre le peuple « Gaulois » et ses élites « Franques » qui auraient bien pu passer pour des envahisseurs autrement, le mythe troyen était donc bien utile. Pourquoi, alors périclita-t-il ?

 

La fin de l’ancêtre troyen

À la Renaissance, déjà, les lettrés avaient de plus en plus de doute sur ces origines troyennes. La lecture des textes antiques se popularisait, et force était d’admettre que l’on y trouvait nulle trace de l’épopée de Francion et du reste. On doutait de l’exactitude, mais on admirait encore le mythe pour ses qualités esthétiques et sa poésie. Par exemple, encore dans la deuxième moitié du XVIe siècle, Ronsard commença à écrire La Franciade, qui devait être une épopée nationale relatant la fondation du royaume depuis Francion. Commandé par Henri II, l’ouvrage ne fut finalement jamais terminé.

Daté de 1835 et peint par Revoil et Genod, ce tableau représente Pharamond porté sur le pavois, bien que l’existence de ce souverain soit à l’époque déjà sérieusement remise en question.

La Révolution signa la victoire définitive des origines gauloises sur les origines troyennes. L’ancêtre commun « Gaulois » permettait de cimenter une unité nationale, même si, en réalité, la « Gaule » était en soi une invention romaine pour désigner un territoire occupé par des peuples très différents. Surtout, la fin de la monarchie permettait de ne plus autant avoir à cautionner les Francs, que l’on voyait désormais comme les ancêtres des rois et nobles renversés. La Révolution était ainsi vue comme la revanche du peuple gaulois contre l’envahisseur franc, qui avait qui plus est le défaut d’être germanique, donc lié depuis les origines à l’ennemi.

Le XIXe siècle, enfin, vit la fusion des différents passés au gré des successions des régimes. Les ancêtres gaulois étaient devenus incontournable, faisant l’objet des travaux d’Amédée Thierry et Ernest Lavisse, notamment. Ce dernier fut également l’artisan de l’éducation de la Troisième République (bien qu’il n’ait lui-même pas été républicain de conviction), avec la création du célèbre « nos ancêtres les Gaulois » visant à cimenter une identité commune, remplaçant les identités bretonnes, provençales, savoyardes etc. De plus la figure de Vercingétorix, désormais sortie de l’oubli et érigée en modèle national, exploitait le cliché de la « défaite fondatrice », qui trouvait un écho dans Waterloo, mais surtout dans la défaite de 1870-1871 face à l’Allemagne : comme la Gaule unie face aux Romains, il fallait désormais que les identités françaises multiples s’unissent face à l’Allemand.

La reddition de Vercingétorix, magnifiée par les peintures du XIXe siècle (ici Lionel Royer en 1899) fut probablement moins glorieuse en réalité, mais renvoyait à des préoccupations françaises bien plus actuelles, qui furent encore valables durant la Seconde Guerre mondiale.

Les rois francs n’étaient plus reniés ou traités en envahisseurs, l’histoire scolaire de la IIIe République cherchant à réconcilier tout le passé, d’où les nostalgies « anti-repentance » qui s’expriment encore aujourd’hui. Quoiqu’il en soit, de nouveaux mythes des origines étaient désormais mis en place, fondés sur des faits plus fiables, mais des faits décalqués sur le présent au point de les déformer. De ce point de vue, ainsi, l’histoire de Lavisse ne diffère pas beaucoup de celle d’Asselineau… si l’on excepte les trips sur les aigles et les étoiles.

 

La quête des origines a-t-elle un sens ?

Cette obsession des origines communes a donc avant tout pour but de se donner une légitimité, en tant que peuple uni, par rapport à d’autres peuples. Le mythe troyen remplissait fort bien cette fonction. Ce n’est pas pour rien qu’il était appliqué ailleurs : les Romains l’avaient bien entendu fort exploité, mais ils n’étaient pas les seuls. Parmi les peuples gaulois, certains, comme les Éduens et les Arvernes, se targuaient aussi d’origines troyennes : il se trouve qu’il s’agissait des peuples proches diplomatiquement des Romains, qui se créaient ainsi une proximité des origines également. Mais on attribuait aussi à l’époque romaine des origines troyennes à des peuples d’Afrique du Nord, et, plus tard, le mythe du prince troyen exilé fondant un pays fut aussi récupéré par les Bretons, les Anglais, les Normands, les Vénitiens… Cela dit, il n’eut jamais le succès qu’il connut en France.

Finalement, peu importait la vérité tant que le passé permettait de justifier le présent. De ce point de vue, l’usage de l’histoire à des fins de propagande n’a pas changé ; généralement, il s’agit encore et toujours de ramener à une caractéristique passée pour justifier le présent, ou un projet futur. L’usage du cliché selon lequel l’histoire se répète (ou « bégaie » : le principe reste le même), ou du bon vieux « on a toujours fait comme ça donc… » est ainsi une pierre angulaire de cet usage nocif, et on retrouve ce fonctionnement dans les discours d’Asselineau qui ont été analysés ici, mais tout autant dans ceux des autres personnalités politiques, de Mélenchon à Fillon en passant par Macron et bien d’autres.

L’obsession des origines a également pour but de créer un groupe uni par cette provenance commune, quand bien même elle serait fictive (pensons notamment à ces soutiens de Fillon qui disaient que, même lorsqu’on vient de l’étranger, quand on arrive en France, nos ancêtres deviennent Gaulois). Cette volonté de trouver une racine commune peut parfois être émancipatrice (le mythe gaulois le fut ainsi quand il s’est agi de mettre à terre la monarchie et la noblesse) mais, au final, le défaut finit toujours par être le même : en créant un groupe, on finit par se mettre en opposition à ceux qui n’y sont pas. La porte s’ouvre alors au désastre. Ceux qui utilisent ces méthodes pour la bonne cause devraient donc se méfier fortement de cet effet pervers.

Du coup, pour vraiment tirer des leçons de l’histoire, il faut encore et toujours éviter de la décalquer sur le présent (ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’y ait pas continuité, c’est même le principe, comme je l’ai expliqué dans un autre article !). Il faut surtout arrêter de voir le passé comme une machine à légitimer (ou délégitimer) le présent ou des initiatives futures, et le prendre comme il est : un moyen de comprendre le monde. Qu’on le veuille ou non, la France reste une construction, fusion de cultures, d’identités, de mouvements, quels que soient les ancêtres qu’on lui donnera. D’ailleurs, la légende troyenne le révèle malgré elle : même dans les mythes fondateurs, les peuples ne restent jamais au même endroit éternellement…

 

Pour aller plus loin :

Cet article et la vidéo qui l’accompagnent ont en premier lieu été inspirés par l’article « Nos ancêtres les Troyens » d’Alain Demurger, publié dans le hors série de L’Histoire d’avril 2017. Pour plus d’informations sur les origines de la royauté franque et de ses représentations, vous pouvez vous référer au très bon ouvrage La France avant la France, 481-888 de Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux (volume 1 de la collection Histoire de France de Belin, 2010) qui recontextualise en détail cette période en abattant bien des idées reçues et qui consacre quelques pages à ce mythe troyen.

Enfin, sur le débat plus large de la façon dont on a écrit l’histoire de France, notamment au XIXe siècle, Le Mythe national, de Suzanne Citron, a été réédité en 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :